Après l' Asie , le Brésil ou La Russie , le continent africain intérêt en passe de Devenir le Prochain pôle émergent. De 2012 à 2030, La Hausse du PIB annuel serait same légérement supérieure à Celle de l'Asie , à 4,8 % , 4,6 % Contré . Et les Grandes Villes verraient Leur population augmenteur Fortement , Avec 300 Millions d' habitants , plus de bains . Le continent un Tout pour être " le Prochain Grand Marché de Consommation de masse Dans Le Monde " .

Les économies africaines se classent facilement parmi Au Les Difficiles ainsi au Monde . Au cours de la Récession économique Mondiale de 2009, l' Afrique Est La Seule région en Dehors de l'Asie à croître Positivement , à environ 2 % . La Croissance de l' Afrique was mis sur juin trajectoire ascendante Avec juin Croissance Moyenne de 4,5% en 2010 et 5,0 % en 2011. Et il ira rappel Mieux en 2012. L'Afrique Est Bien souscripteur verser Devenir growth régionale au Deuxième sonné Dans Le Monde , le Fonds monétaire SELON international (FMI ) , la Croissance économique average Pour Les 54 Pays du continent sérums de l' ordre de 6 % en 2012. L'Afrique intérêt en train de de plaque tournante Devenir juin , plus attrayant Pour Les Investisseurs à la lumière des differentes Réformés Économiques , Politiques et sociaux au Québec connait le continent . CELA CREE environnement non Amélioré pour l'Environnement de l'Entreprise d'Investissement Étranger direct. En Dehors de l'ACDE , il ya non grand développe-ment de l' infrastructure sociale et physique , et il is an PISCINE DE entreprenants de Travailleurs , plus instruits sur le continent .

 Il ya also juin augmentation Importante UA Pouvoir d'achat des Africains . SELON la Banque africaine de développement, l' émergence rapide de la classe Moyenne en Afrique qu'il a Maintenant , plus de 300 millions DE PERSONNES . En outré , Les Analystes Du McKinsey Institut mondial estiment Que l' ensemble des depenses de la Consommation A travers le continent va Dépasser les non trillion ( 1.000.000.000.000 ) de dollars L'année Prochaine . Si vous etes non investor Qui N'a Pas Encore Fait d' incursion DANS L' Afrique , il Est Maintenant Temps d' Intervenir et de Prendre Une Part des Possibilités milliard de dollars en 2012 DE . VOICI Cinq Secteurs lucratifs DANS lesquels Vous devriez Envisager d' Investir.
• l' agriculture

L'Afrique intérêt mûre POUR UNE révolution verte . SELON le ​​McKinsey Global Institute , le continent accueille gerade 60 % Du totale des Terres terres cultivables non cultivées . VOICI Votre hasard. Alors Que la population Mondiale augmente Rapidement (Récemment Depasse 7 Milliards DE dollars ) , la production agricole de Mondiale obole augmenteur verser repondre à this growth . La plupart de l' augmentation de la production agricole de l' Afrique viendra .
• tourisme

PLUSIEURS paie Africains Comme le Kenya , Maurice , Seychelles et les la Tanzanie SONT devenus certaines des de la l de destinations 'plus populaire au monde - verser des Raisons évidentes . SELON l' Organisation Mondiale du tourisme , les arrivees de Touristes en Afrique verser l' Année 2010, une Depasse 49 millions et SONT sujets sensibles de passer de 50 millions fr 2012. De C'est le genre de tendance Qué Vous devriez apprecier . L'année suivante , le milliardaire Richard Branson va Ouvrir fils safari de luxe Dans Le Masai Mara au Kenya TANDIS Que le magnat italien Flavio Briatore posséde déjà- Lion in the Sun , juin retraite de luxe Dans La Station Balnéaire de Malindi au Kenya . Maïs en Dehors des pavillons et des retraites de luxe , PLUSIEURS Autres Possibilités SONT Ouvertes Dans Le secteur du tourisme en Afrique .
• Le secteur minier

PLUSIEURS paie Africains DE ressources Minérales RESTENT gissement inexploité en raison d' ONU Manque d' la technique d' expertise de l'ONT D' Importants , et l' incapacity financière à s'engager DANS des Projets d' exploitation minière forte Intensité de capital. L'industrie minière Nigériane extrèmement sous- Développé , fournit non bon Exemple . Le paie disposer d ' juin large Gamme de health resource Minérales comprennent le minerai de fer , charbon , bauxite , ou , étain , plomb et le zinc le qui- Ont Été déshabillés en raison de la préoccupation du paie verser fils massif des dépôts d' huile .
• infrastructure

Investir Dans Les infrastructures intérêt Essentiel à la Croissance de l' Afrique . Dans Le Développement et la Qualité des infrastructures A travers le continent , il y de Bien qu'il AIT eu ​​des Améliorations ya Encore une lacune evidente . Inutile DE désastreuses Qué CE déficit un sessions conséquences , y COMPRIS Les Goulets d' étranglement Dans Le bon Déroulement des Activités et le commerce d' exportation .
• Le FMCG

SELON le ​​McKinsey Global Institute , les depenses de Consommation en Afrique L'Année Prochaine sérums d' environ 1 milliard de dollars DE . Avec l' explosion de la classe Moyenne en Afrique explose ( 300 millions DE personnes) , cherchant de Toujours un être Des Fourni aveC DE NOUVEAUX PRODUITS , l' industrie FMCG Semble Prometteur . Il s'agit d' occasion juin enorme et croissante Pour Les Fabricants et les Détaillants de Bien de Consommation Qué La Nourriture , Les Boissons , Les Soins à Domicile Et De Soins Personnels . Maïs la Vitesse Est essentielle. Les Investisseurs peuvent Intervenir Rapidement et Avoir juin emprise sur la Volonté des Acteurs dominantes des next Années Marches.

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est une organisation intergouvernementale ouest-africainecréée le 28 mai 1975. C'est la principale structure destinée à coordonner les actions des pays de l’Afrique de l'Ouest. Son but principal est de promouvoir la coopération et l'intégration avec pour objectif de créer une union économique et monétaire ouest-africaine. En 1990, son pouvoir est étendu au maintien de la stabilité régionale avec la création de l'ECOMOG, groupe militaire d’intervention qui devient permanent en 1999. La CEDEAO compte aujourd'hui 15 États membres. Selon le FMI, en 2012, le PIB PPA global des États membres de la CEDEAO s'élève à 564,86 milliards de dollars US ce qui en fait la 25e puissance économique du Monde

Liste des Etats membres

L'adhésion de tous les membres de la CEDEAO date de la création de l'organisation en 1975, à l'exception du Cap-Vert, qui l'a rejointe en 1976 :

La Mauritanie a quitté la CEDEAO en 2000.

La Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) est une organisation internationale créée pour le développement économique, social et culturel de l’Afrique en vue de la création des structures régionales pouvant progressivement aboutir à un Marché commun. La CEEAC découle du Plan d’Action de Lagos d’avril 1980.

Liste des pays membres

Mission

L’objectif fondamental poursuivi par la Communauté concerne la promotion et le renforcement d’une coopération harmonieuse et un développement dynamique, équilibré et autoentretenu dans tous les domaines de l’activité économique et sociale, en particulier dans les domaines de l'industrie, des transports et des communications, de l'énergie, de l'agriculture, des ressources naturelles, du commerce, des douanes, des questions monétaires et financières, des ressources humaines, du tourisme, de l'enseignement, de la culture, de la science et de la technologie et du mouvement des personnes en vue de réaliser l'autonomie collective, d'élever le niveau de vie des populations... La CEEAC conduit le processus d’intégration régionale de l’Afrique Centrale et est reconnue par l’Union Africaine.

Afin d'assurer des missions de sécurité et de prévention, la CEEAC a mis en place la Force multinationale de l'Afrique centrale (FOMAC).

Le Marché commun de l'Afrique orientale et australe aussi connu sous son acronyme anglais COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa), est une organisation internationale à vocation régionale de l'Est africain dont l’objectif est de créer une union douanière entre ses vingt pays membres. Ce marché commun, fondé en décembre 1994 pour renforcer un accord de libre-échange en place depuis 1981, regroupe une population totale de 340 millions d'habitants et a un produit intérieur brut total de 170 milliards US $ en 2006. Le volume des transactions commerciales entre les pays membres et le reste du monde atteint annuellement 52 à 60 milliards US $ entre 1997 et 2002.
Lors du sommet des chefs d'État du Comesa, tenu à Nairobi les 22 et 23 mai 2007, Mwai Kibaki a pris la présidence tournante de l’organisation et Robert Mugabe est devenu vice-président.

Les pays membres:
Les États membres (tous sont membres depuis le 21 décembre 1981, sauf mention contraire) :

La Communauté de développement d'Afrique australe (ou SADC, sigle de l'anglais Southern African Development Community) est une organisation qui vise à promouvoir le développement économique de l'Afrique australe. Elle a succédé le 17 août 1992 à la Conférence de coordination pour le développement de l'Afrique Australe, fondée le 1er avril 1980.

Les pays membres:

Les 9 États fondateurs sont :

Le total des membres est passé à 15 avec les adhésions de :

 

La candidature du Rwanda a été rejetée en 2005 pour des questions de procédure.

L'Union du Maghreb arabe (UMA) (arabe : اتحاد المغرب العربي) désigne l'organisation économique et politique formée par les cinq pays du Maghreb arabe, à savoir l'Algérie, la Libye, le Maroc, la Tunisie ainsi que la Mauritanie et dont le siège du secrétariat général est situé au Maroc à Rabat.
La population totale des cinq États membres s'élève à 90 344 000 habitants en 2012.
Créée en février 1989, selon le discours officiel : « l'Union du Maghreb arabe est aujourd'hui, à l'évidence, une réalisation géostratégique importante ». Dans les faits, elle n'a que peu d'influence sur la politique de ses États membres. Le Conseil des chefs d'États ne s'est plus réuni depuis 1994, et l'UMA reste prisonnière des différends entre chacun des pays, dont le conflit du Sahara occidental, en dépit de la création de l'Union pour la Méditerranée.

 

Les pays membres:

Les membres de l'UMA sont :

Dans l'UMA, quatre pays membres sont des républiques, seul le Maroc est une monarchie et est sorti de l'Union Africaine.

 

Dans cette catégorie regroupe les pays membres de l'union africaine qui ne font pas partis d'une organisation économique donnée.

 Haiti

 Somalie 

 République Arabe Sarhaouie

La Communauté est-africaine (EAC) a été rétablie  le 7 Juillet 2000, lorsque le traité portant création de la Communauté d'Afrique de l'Est qui a été signé en le 30 novembre 1999 est entré en vigueur après sa ratification par les trois Etats fondateurs (Kenya, Tanzanie et Ouganda). La Communauté  avait été mise sur pied en 1967 mais s’est par la suite effondré en 1977.

Le 18 Juin 2007, les républiques du Rwanda et du Burundi ont adhéré au Traité de l'EAC et sont devenus membres à part entière de la communauté le 1er Juillet 2007.

Avec une population totale de 135,4 millions et une superficie totale de 1,8 million km², la CAE s'efforce d'élargir et d'approfondir l'intégration économique, politique, sociale et culturelle afin d'améliorer la qualité de vie des habitants de l'Afrique orientale grâce à une compétitivité accrue, la valeur ajoutée à la production, le commerce et les investissements.

Ses institutions comprennent:

  • La Commission du Bassin du Lac Victoria (LVBC)
  • L’Organisation pour la sécurité de l’Aviation Civile (CASSOA)
  • Le Conseil Interuniversitaire de l’Afrique de l’Est (IUCEA)
  • L’Organisation des Pêcheries du Lac Victoria (LVFO)
  • La Banque Est Africaine de Développement (EADB)

Le Siège de l'EAC est à Arusha, en Tanzanie.

Les Etats membres actuels sont les suivants: le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda, et le  Burundi

Autorité Intergouvernementale pour le Développement

Lors d'une assemblée en janvier 1986 plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement ont signé un accord qui a officiellement institué l'Autorité intergouvernementale sur la sécheresse et le développement (IGADD) qui devrait être un organisme de développement et de lutte contre la sécheresse dans leur région.

L'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) en Afrique de l'Est a été créée en 1996 pour remplacer l'Autorité intergouvernementale sur la sécheresse et le développement (IGAD) de 1986.

L'IGAD est née à la suite d'une déclaration pour revitaliser l'IGADD et élargir la coopération entre les États membres en Avril 1995 à Addis-Abeba durant l'Assemblée des Chefs d'Etat et de gouvernement. Le 21 Mars 1996 à Nairobi, la Conférence des Chefs d'Etat et de gouvernement ont signé une "liste d'instruments modifiant la Charte de l'IGADD" instituant la nouvelle Institution : l’IGAD "L'Autorité intergouvernementale pour le développement ".

L'IGAD revitalisé, avec des zones élargies de coopération régionale et une nouvelle structure organisationnelle a été lancée par l'Assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement le 25 Novembre 1996 à Djibouti en République de Djibouti.

Les objectifs de l'IGAD sont:

  • Promouvoir des stratégies conjointes de développement et harmoniser progressivement les politiques et programmes macro-économiques dans les domaines social, technologique et scientifique;
  • Harmoniser les politiques en matière de commerce, les douanes, les transports, les communications, l'agriculture et les ressources naturelles, et de favoriser la libre circulation des biens, des services et des personnes dans la région ;
  • Créer un environnement favorable pour le commerce et les investissements transfrontaliers et domestiques ;
  • Réaliser la sécurité alimentaire régionale et encourager et soutenir les efforts des États membres pour lutter contre la sécheresse et les autres catastrophes naturelles et d'origine humaine et leurs conséquences naturelles;
  • Initier et promouvoir des programmes et des projets visant à assurer la sécurité alimentaire régionale et le développement durable des ressources naturelles et la protection de l'environnement, et encourager et soutenir les efforts des États membres pour lutter contre la sécheresse et les autres catastrophes naturelles ou d'origine humaine et leurs conséquences;
    • Développer et améliorer une infrastructure coordonnée et complémentaire, dans les domaines des transports, des télécommunications et de l'énergie dans la région;
    • Promouvoir la paix et la stabilité dans la région et créer des mécanismes au sein de la région pour la prévention, la gestion et la résolution des conflits interétatiques et intra-étatiques à travers le dialogue;
    • Mobiliser des ressources pour la mise en œuvre des programmes d'urgence, à court terme, à moyen terme et à long terme dans le cadre de la coopération régionale;
    • Promouvoir et réaliser les objectifs du Marché commun de l'Afrique australe (COMESA) et la Communauté économique africaine;
    • Faciliter, promouvoir et renforcer la coopération dans le développement de la recherche et de l'application de la science et de la technologie.

    Les pays Membres de l’IGAD sont:

  • Djibouti,

  • l’Ethiopie,

  • l’Erythrée,

  •  Kenya,

  •  Somalie,

  •  Soudan du Sud,

  •  Soudan 

  •  l'Ouganda.

    Le siège de l'IGAD est à Djibouti, en République de Djibouti.

Communauté des Etats Sahélo-Sahariens

La CEN-SAD a été créée le 4 Février 1998 à la suite de la Conférence des Leaders et Chefs d'Etats tenue à Tripoli (Libye). Elle a été reconnue comme l'une des communautés économique régionales au cours de la trente sixième session ordinaire de la Conférence des Leaders et Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation de l'Unité Africaine qui s'est tenue du 04 au 07 juillet 2000 à Lomé au Togo.

La CEN-SAD a également obtenu le statut d'observateur à l'Assemblée générale de l'ONU en vertu de la résolution N ° A/RES/56/92 de l'Assemblée Générale des Nations Unies. Depuis lors, la CEN-SAD a conclu des accords de partenariat avec de nombreuses organisations régionales et internationales dans le but de consolider le travail collectif dans de nombreux domaines (politique, culturel, économique et social).

La CEN-SAD a pour objectifs de poursuivre les objectifs suivants:

La Mise en place d'une union économique globale basée sur une stratégie mise en œuvre conformément à un plan de développement qui serait intégré dans les plans de développement nationaux des Etats membres. Il comprend des investissements dans les domaines agricole, industriel, social, culturel et de l'énergie.

• L'élimination de tous les obstacles entravant l'unité de ses Etats membres à travers l'adoption de mesures susceptibles de garantir les éléments suivants: faciliter la libre circulation des personnes, des capitaux en adéquation avec  les intérêts des citoyens des Etats membres, la liberté de résidence, de travail, de la propriété et de l'activité économique, la liberté de la circulation des biens nationaux, des marchandises et des services, l'encouragement du commerce extérieur à travers l'élaboration et la mise en œuvre d'une politique d'investissement pour les États membres, le renforcement et l'amélioration du transport terrestre, aérien et maritime et les télécommunications entre les Etats membres, à travers la mise en œuvre de projets communs et le consentement des Etats membres de la communauté à donner aux citoyens des États membres les mêmes droits et privilèges prévus dans la Constitution de chaque Etat membre.

• La Coordination des systèmes pédagogiques et éducatifs aux différents niveaux d'enseignement et dans les domaines culturel, scientifique et technique.

La CEN-SAD dispose des organes suivants:

• La Conférence des Chefs d'Etat

• Le Conseil exécutif

• Le Secrétariat général

• La Banque Sahélo-Saharienne pour l'Investissement et le Commerce

• Le Conseil Economique, Social et Culturel (CESC)

Les membres actuels de la CEN-SAD sont:

 Bénin,

 Burkina Faso,

République Centrafricaine,

 Tchad,

Côte d'Ivoire,

Djibouti,

l’Egypte,

l’Erythrée,

Gambie,

 Ghana,

Guinée Bissau,

Libéria,

 Libye,

 Mali,

Niger,

 Nigeria

Sénégal,

 Sierra Leone,

Somalie,

 Soudan,

 Togo 

 Tunisie.

Le siège de la CEN-SAD est à Tripoli en Libye.