Congo

Capitale: Brazzaville 
 
Population: 4 492 689 hab.

Superficie:  342 000 km² 

Date d'adhésion: 1963

Produit intérieur brut: 2,17 Md USD (DGT, 2012). 

Taux de croissance de la population:  2,8% 

Monnaie: Franc CFA (1 euro = 655,96 XAF)

Langue officielle: Français

Indicatif téléphonique: +242

Espérance de vie:  57,8 ans

 

  • Economie

L'économie de la République du Congo repose principalement sur l'exploitation des hydrocarbures le long de la côte Atlantique. Le bois, les services, et une agriculture embryonnaire constituant le reste de l'activité. Le Congo est un pays en développement, inclus dans l'Initiative pays pauvres très endettés (IPPTE).
Les deux piliers de l'exportation sont le bois et le pétrole tous deux exploités, principalement, par des compagnies françaises qui versent en contre partie des devises très importantes à l'État.
Le bois représente une part importante des exportations du Congo : acajou, okoumé, limba, etc. L'activité industrielle repose sur la production de biens de consommation : le tabac, le ciment, le textile, le savon, les boissons alcoolisées, les chaussures, etc. Plus de 95 % du commerce est aux mains d'étrangers ou de personnes d'origine étrangère.
Agriculture : le manioc (tapioca) représente 90 % de la production alimentaire, sucre, riz, blé, arachides, légumes divers, café, cacao…
Pétrole (4e producteur africain), bois, manganèse, gaz naturel, or, fer, diamant, plomb, cuivre, potasse, zinc…
Les ressources pétrolières du Congo sont gérées par une compagnie pétrolière d'État (la Société nationale des pétroles du Congo ou SNPC), dirigée en 2008 par Denis Gokana.
Depuis 1976, le raffinage du pétrole est effectué à Pointe-Noire, la capitale économique du Congo. Il fournit 90 % des recettes de l'État, et constitue le même pourcentage des exportations.
Avec une croissance annuelle du PNB de 5 %, l'un des taux les plus forts d'Afrique, au début des années 1980, la forte croissance des revenus pétroliers a permis au Congo de financer des projets de développement à grande échelle.
Par la suite, la chute des cours du brut a réduit de moitié le PNB La dévaluation de 50 % du franc CFA, le 12 janvier 1994, a provoqué un taux record d'inflation de 61 % la même année.

  • PIB Composition par secteur

Agriculture 4,2%: le manioc (tapioca), le sucre, le riz, le maïs, les arachides, les légumes, le café, le cacao; produits forestiers

Industrie 70,7%: l'extraction du pétrole, le ciment, le bois, le brassage, le sucre, l'huile de palme, du savon, de la farine, cigarettes

SERVICES 25,1%:

  • Les facteurs de production

eau:

Internet

Téléphone:

Electricité:

hydrocarbure:

  • politique

Les partis politiques:

Les gouvernements:

ministères:

  • Voyage et dépaysement

Compagnies aériennes:

Hôtels et restaurants:

Sites touristiques:

Transitaires entreprises:

Banque:

Climat et les conditions météorologiques:

topographie: