Angola

Capitale: Luanda 

Population: 20,2 millions d'hab. (INED, 2012)

Quartier: 1.246.700 km ²

Journée nationale 11 Novembre

Date d'adhésion: 1979

PIB (2011): 104 MdUSD (Direction générale du Trésor, 2012)

Taux de croissance de la population: 2,9% (INED 2012)

Devise: Kwanza  (AOA) (Kwanza 1 = € 0,00798)

Langue officielle:  Portugais

Indicatif téléphonique: 244

Espérance de vie: 51,5 années (INED, 2012)

 

  • Economie

L'économie de l'Angola est en pleine croissance. Après quatre décennies de guerres (Indépendance et civile) ayant réduit le pays à l’état de chaos, la croissance a démarré en trombe à partir de l’année 2002, le taux de croissance économique a crû de 9 % en moyenne entre 2002 et 2008, et les prévisions pour les années 2010–2012 sont très optimistes. De ce fait, l'Angola pourrait devenir la cinquième puissance économique du continent aux années 2020.

Le 1er janvier 2007, l'Angola faisait son entrée comme membre de plein droit au sein de l'OPEP(organisation des pays exportateurs du pétrole).
L'économie angolaise est marquée par les années de guerre civile. Elle s'est relancée en 2002. Elle reste une économie pauvre et de structure peu avancée. Le secteur primaire emploie 85 % des actifs pour 8 % des richesses créées. Sept Angolais sur dix vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui est symptomatique des efforts encore à effectuer dans ce domaine. Le revenu par habitant demeure l'un des plus faibles au monde. Environ 50 % des actifs sont soit au chômage soit sous-employés.
La croissance est élevée. Celle du PIB s'est élevée à 26 % en 2006. Elle est tirée par le pétrole et le diamant. Pourtant la manne pétrolière n'a pas réussi à tirer l'ensemble du pays de son état de sous-développement. En 2008, les indicateurs montrent que l'Angola possède l'une des plus faibles espérances de vie du continent, un système éducatif très insuffisant et que la fracture entre riches et pauvres ne fait que s'agrandir.
L'Angola possède également des gisements d'or, de fer, de phosphates, de feldspath, de bauxite et d'uranium. Il compte de vastes forêts, des usines de pêche et des terres arables, ou sont cultivés le coton, le café et le sisal. À l'approche des élections législatives de septembre 2008, le gouvernement a multiplié les annonces de grands projets : travaux adduction d'eau, nouvelle flottille de pêche mais les avis sont divisés sur l'avenir de ces programmes ambitieux

  • PIB par secteur de production

Agriculture 9,6%: la banane, la canne à sucre, le café, le sisal, le maïs, le coton, le manioc (manioc), le tabac, les légumes, les bananes plantains; l'élevage; produits forestiers; poisson

Industrie 65,8%: le pétrole; diamants, le minerai de fer, les phosphates, du feldspath, de la bauxite, de l'uranium, de l'or; ciment; produits métalliques de base; la transformation du poisson; la transformation des aliments, de la brasserie, produits du tabac, le sucre; textiles; réparation navale

Services de 24,6%

  • Les facteurs de production

eau:

Internet

Téléphone:

Electricité:

hydrocarbure:

  • politique

Les partis politiques:

Les gouvernements:

ministères:

  • Voyage et dépaysement

Compagnies aériennes:

Hôtels et restaurants:

Sites touristiques:

Transitaires entreprises:

Banque:

Climat et les conditions météorologiques:

topographie: