RDC

Capitale: Kinshasa

Population: 77 433 744 hab.

Superficie:  2.345.409 km² 

Date d'adhésion: 1963

Produit intérieur brut: 16,2 MdUSD 

Taux de croissance de la population: +3%

Monnaie: franc congolais (900FC = 1 dollar US) 

Langue officielle:  Français

Indicatif téléphonique: +243

Espérance de vie: 48 ans

 

 

  • Economie

Près une période de relatif dynamisme économique, la RDC a subi une sévère dépression entre le milieu des années 1980 et le milieu desannées 2000, liée aux guerres civiles qui ont ravagé le pays. Avec une croissance économique de 8,2 % en 2008 et de 2,7 % en 2009, la RDC a ensuite été l'un des pays d'Afrique les plus touchés par la crise de 2008-2009.

L'agriculture reste le principal secteur de l'économie, représentant 57,9 % du PIB en 1997, et occupait 66 % de la population active.

Les exportations agricoles ne représentent qu’environ 10 % du PIB en 2006, contre 40 % en 1960. Jadis florissant, avec une production plus réduite, le secteur agricole aujourd’hui de la RDC — totalement paralysé — connaît une asthénie de productivité conduisant 73 % de la population congolaise à vivre en insécurité alimentaire.

L’élevage, dont les capacités potentielles varient entre 30 et 40 millions de bovins avec une charge bétail de 1/6 à 1/12 pendant toute l'année, n'est pas encore la priorité du gouvernement. Il est peu développé en République démocratique du Congo, en partie en raison des conditions naturelles qui ne sont pas favorables à l'élevage du gros bétail, sur une grande partie du territoire. La forêtdense n'a pas de pâturages et la trypanosomiase, véhiculée par la mouche tsé-tsé, sévit à l'état endémique dans la plupart des régions basses du pays. Les régions montagneuses de l'est et du sud-est (Kivu) sont, en revanche, propices à l'élevage.

Le secteur industriel n'a contribué pour 5,6 % au PIB en 2003. Autrefois important, il est actuellement composé de quelques petites usines dans le textile, l’agroalimentaire, la chimie et le secteur des biens d’équipement. Toutes les branches de production ont souffert de la crise qui frappa le pays. Les industries manufacturières ont été coupées de leurs sources d’approvisionnement en matières premières et de leurs débouchés en produits finis; elles n’utiliseraient qu’entre 15 et 17 % des capacités productives installées.

 

  • PIB Composition par secteur

Agriculture 37,5%: café, sucre, huile de palme, le caoutchouc, le thé, le coton, le cacao, la quinine, le manioc (manioc), les bananes, plantains, arachides, les plantes racines, le maïs, les fruits; produits du bois

Industrie 27,6%: l'exploitation minière (diamants, or, cuivre, cobalt, coltan, zinc, étain), le traitement des minéraux, des produits de consommation (textiles, les plastiques, les chaussures, cigarettes), les produits métalliques, les aliments transformés et les boissons, le bois, le ciment, navire commercial réparation

SERVICES 35%:

  • Les facteurs de production

eau:

Internet

Téléphone:

Electricité:

hydrocarbure:

  • politique

Les partis politiques:

Les gouvernements:

ministères:

  • Voyage et dépaysement

Compagnies aériennes:

Hôtels et restaurants:

Sites touristiques:

Transitaires entreprises:

Banque:

Climat et les conditions météorologiques:

topographie: